When it comes to Israel, a Belgian university compromises its own principles

French and German follow English.

Below the article, we document the entire VUB response.

When it comes to Israel, a Belgian university compromises its own principles

Last week, members of the online project „Watch: Antisemitism in Europe“ sent a mail to the Vrije Universiteit Brussels (VUB) in order to protest against their decision to let a public skype talk with Khalida Jarrar take place at the academic premises. Jarrar is a member of the PFLP, the Popular Front for the Liberation of Palestine, a terrorist organization described as such by the European Union and the USA. This talk was organized by the anti-Israel BDS movement as part of the so called „Israeli Apartheid Week“, while its most militant members verbally assaulted Jewish students with the words „Fascists“ and „Terrorists“ one day before the talk at the Université libre de Bruxelles (ULB). All of that in a country in which Jewish citizens and Israelis were brutally murdered not even one year ago.

In their reply, which the „Watch“ project received on March 4, the VUB remarked that the public talk with Jarrar only „deals with the political and social situation in Israel and not with antisemitism“. They denied the fact that the BDS movement, which aims to delegitimise the State of Israel, has any relation to anti-Zionism – which is even by the working definition of antisemitism by the OSCE antisemitic as it demonizes Israel and inherently applies double standards. Furthermore, the reply refered to the university’s principles of the „free inquiry“ which they used to explain why they not oppose the students activities, because that would be „censorship“. Also the university doesn’t want to take „any stance in this political conflict“ – which is an obvious contradiction: they enable the BDS movement and the PFLP to use their space as well as their authenticity as an academic institution to spread their message. This is by all means one way to take a stance.

If one looks deeper into the addressed principle of „free inquiry“, one can only conclude that the VUB clearly must have misunderstood the philosophy of Henri Poincaré, on whom this principle is based. Or rather: it must have compromised it. Poincaré himself opposed against any dogmatism, parties, interests or similar preconceived mind-sets and rather prefered facts. Far from facts is what the BDS movement and the PFLP are representing. Acknowledged experts like Samuel Salzborn proved that „the BDS movement is a morally saturated articulation of Palestinian interests which aims to increase political pressure towards Israel and endorses the Palestinian politics“. The BDS movement itself is reactivating the 1930’s Nazi slogan „Don’t buy from Jews“. In a report from 2013 the Simon Wiesenthal Center described the movement as a „thinly-veiled, anti-Israel and anti-Semitic “poison pill,” whose goal is the demonization, delegitimization, and ultimate demise of the Jewish State“. Is this the „free inquiry“ the university wants to promote? If those antisemitic activists from the BDS and the PFLP meet their criteria, why not invite Laurent Louis or Dieudonné M’Bala M’Bala also?

The university’s decision to not set an example against anti-Zionists on their own campus in the light of antisemitic violence throughout Europe is irresponsible and dangerous. The VUB objects its own motto „scientia vincere tenebras“ and asserts preconceived mind-sets to be the genuine truth.

Wie eine belgische Universität ihr eigenes Prinzip missachtet, wenn es um Israel geht

Mitglieder des Projekts “Watch: Antisemitism in Europe” sendeten in der vergangenen Woche der Vrije Universiteit Brussels (VUB) eine Mail, um gegen ihre Entscheidung zu protestieren, eine Video-Konferenz mit Khalida Jarrar, Vertreterin des Popular Front for the Liberation of Palestine (PFLP), zu veranstalten, einer Organisation, die von der EU und den USA als terroristisch eingestuft ist. Diese Video-Konferenz wurde von der antiisraelischen Boykottbewegung (BDS) organisiert, deren Militante ein Tag vor der Veranstaltung (den 3.3.) jüdische Studenten im Campus der Universität Libre de Bruxelles (ULB) mit den Schimpfworten „Faschisten“ und „Terroristen“ angriffen, und das in einem Land, wo jüdische Bürger von wahren Terroristen ermordet wurden.

In ihrer Antwort, die das Projekt „Watch“ per Mail am 4.3. erhielte, wies die VUB darauf hin, dass die besagte öffentliche Veranstaltung lediglich die „politische und soziale Situation in Israel“ betreffe und „nicht Antisemitismus“, sie leugnete also die Tatsache, dass die Anhänger der BDS-Bewegung, die auf die Delegitimierung Israels zielt, jeglichen Bezug auf Antizionismus – der in der Arbeitsdefinition “Antisemitismus” als Form des Antisemitismus gilt – haben könnten. Überdies berief sich die Universität auf ihr eigenes Prinzip der „freien Forschung“ (free inquiry), um gegen „die Zensur von studentischen Aktivitäten“ Stellung zu nehmen. Die VUB wolle prinzipiell keine Position in diesem “politischen Konflikt” einnehmen. Dies ist jedoch ein klarer Widerspruch: indem der PFLP und der BDS-Bewegung unwidersprochen Raum gegeben wird, nimmt die Uni hier eine Position ein.

Wenn man sich zudem das Prinzip der „freien Forschung“ genauer anschaut, kann nur festgestellt werden, dass die Philosophie von Henri Poincaré, auf dem das Prinzip gründet, von der Vrije Universiteit Brussels falsch verstanden bzw. missachtet wird. Denn Poincaré wehrt sich gegen jeglichen Dogmatismus, Parteien, Interessen und ähnliche vorgefasste Meinungen, um die Fakten zu bevorzugen. Alles andere als die Fakten werden von den BDS- und den PFLP-Hetzern vertreten. Anerkannte Experten wie Samuel Salzborn belegten, dass „die BDS-Kampagne eine moralisch imprägnierte palästinensische Interessenartikulation [ist], mit der international der politische Druck auf Israel erhöht und die palästinensische Politik flankiert werden soll“. Die BDS-Kampagne reaktiviert u.a. die Nazi-Parole „Kauft nicht bei Juden”. In einem Bericht aus dem Jahr 2013 hat das Simon Wiesenthal Center die BDS-Bewegung als „kaum verschleierte, anti-israelische und antisemitische Giftpille“ beschrieben, deren Ziel die Dämonisierung, Deligitimierung und das endgültige  Ableben des Jüdischen Staates ist. Ist das die „freie Forschung“, die die belgische Universität fördern möchte? Wenn die Antisemiten von BDS und PFLP ihre Kriterien erfüllen, warum dann auch nicht Laurent Louis und Dieudonné M’Bala M’Bala einladen?

Die Entscheidung der Vrije Universiteit Brussels, gegen Antizionisten auf ihrem eigenen Campus nicht ein Zeichen zu setzen, ist im Kontext der gegenwärtigen antisemitischen Gewalt in Europa unverantwortlich und gefährlich. Sie widerspricht ihrem eigenen Motto „scientia vincere tenebras“ und erhebt die vorgefassten Meinungen zur Wahrheit.

Comment une université belge méprise son propre principe quand il s’agit d’Israël

Des membres du projet « Watch : Antisemitism in Europe » ont envoyé un mail à la Vrije Universiteit Brussels (VUB) la semaine dernière afin de protester contre sa décision d’autoriser une vidéo-conférence avec Khalida Jarrar, représentante du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), une organisation considérée comme terroriste par l’Union Européenne et les Etats-Unis. Cette vidéo-conférence a été organisée par le mouvement de boycotte anti-israélien (BDS), dont des militants ont pris à partie la veille de la manifestation (le 3 mars) des étudiants juifs dans le campus de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), les traitant de « fascistes » et de « terroristes » dans un pays où des citoyens juifs ont pourtant été assassinés pas de vrais terroristes.

Dans sa réponse que le projet « Watch » a pu se procurer le 4 mars, l’université indique que la-dite manifestation publique concernait uniquement « la situation politique et sociale en Israël » et « non l’antisémitisme », niant ainsi le fait que les membres du mouvement BDS, dont le seul but est la délégitimation de l’Etat d’Israël, puissent avoir un lien quelconque avec l’antisionisme – une forme de l’antisémitisme contemporain, selon la “Définition de travail de l’antisémitisme”. En outre, l’université s’est appuyée dans sa réponse sur son propre principe de la « libre recherche » (free inquiry) afin de se prononcer contre « la censure d’activités organisées par des étudiants ». En principe, la VUB ne souhaite adopter aucune position dans ce « conflit politique » mais dans les faits l’université a bel et bien pris parti en donnant carte blanche au mouvement BDS et au FPLP.

De surcroît, à lire le principe de la « libre recherche » de plus près, on ne peut que constater que celui-ci issu de la philosophie de Henri Poincaré est mal compris, voire méprisé par la VUB. Car Poincaré s’oppose clairement contre tous les dogmatismes, les parties, les intérêts et en général contre toutes les opinions préconçues pour ne s’intéresser qu’aux faits. Or les fanatiques du mouvement BDS et du FPLP représentent tout sauf les faits. Des spécialistes reconnus, à l’instar de Samuel Salzborn, ont déjà démontré que « la campagne BDS [est] une articulation d’intérêts palestinienne moralement imprégnée, au moyen de laquelle elle fait monter la pression politique sur Israël sur le plan international en encadrant la politique palestinienne ». La campagne BDS réactive entre autres la parole nazie « N’achète pas chez les Juifs ». Dans un rapport de 2013, le Centre Simon Wiesenthal a qualifié le mouvement BDS de « ‘pilule empoisonnée’ anti-israélienne et antisémite à peine voilée, dont le seul but est la diabolisation, la délégitimation et la dissolution de l’Etat Juif”. Est-ce cela la « libre recherche » qu’entend encourager l’université belge ? Si les antisémites du BDS et du FPLP remplissent ses critères, pourquoi alors ne pas inviter Laurent Louis et Dieudonné M’Bala M’Bala ?

La décision de l’Université Libre de Bruxelles de ne pas donner l’exemple en interdisant la haine antisioniste dans son propre campus dans le contexte de la violence antisémite actuelle en Europe est irresponsable et dangereuse. Elle contredit son propre mot en exergue « scientia vincere tenebras » et érige les opinions préconçues en vérité.

16.03.2015

Watch: Antisemitism in Europe

Website: facebook.com/antisemitismineurope?ref=hl

The Vrije Universiteit Brussel respectfully leaves the response to the contents or allegations of the article open to the critically thinking mind of every individual. We believe however that the FULL VERSION OF OUR ORIGINAL ANSWER (to the explicit request to cancel our students’ skype interview with Khalida Jarrar) should be known to enhance an honest debate:

“First of all, the Vrije Universiteit Brussels wants to make clear that it opposes to terrorism, antisemitism and discrimination of any kind or any violation of human rights.

In our view, the planned activities deal with the political and social situation in Israel and not with antisemitism, the discrimination of the Jewish people. The university does not want to take any stance in this political conflict, but the board of the university believes that censorship of these student activities opposes to our fundamental principle of ‘free inquiry’: http://www.vub.ac.be/english/home/about.html

We therefore acknowledge your kind request, but we cannot respond positively to it.

We insist on a constructive and open debate tonight with respect for every opinion. We believe in the critical minds of our students to oppose any kind of dogma or propaganda.

With the utmost respect and kind regards”

Advertisements

La colère de Manuel Valls contre la haine des Juifs / Η οργή του Μανουέλ Βαλς για το μίσος κατά των Εβραίων

Κατά τη διάρκεια της ομιλίας του στη Γαλλική Εθνοσυνέλευση για τα θύματα των πρόσφατων τρομοκρατικών επιθέσεων, ο Πρωθυπουργός Μανουέλ Βαλς δεν έκρυψε την οργή του για το γεγονός ότι η Γαλλία από χώρα χειραφέτησης των Εβραίων της έχει μετατραπεί τα τελευταία χρόνια σε μια χώρα στην οποία πολίτες δολοφονούνται εν ψυχρώ μόνο και μόνο επειδή είναι Εβραίοι. Δε δίστασε, επίσης, να επικρίνει τη γαλλική κοινωνία για τη χλιαρή της στάση απέναντι στην άνοδο της αντισημιτικής βίας, ενώ αναφέρθηκε και στον “νέο αντισημιτισμό”, ο οποίος διαμέσου του ίντερνετ και του μίσους κατά του Ισραήλ δαιμονοποιεί τους Εβραίους εν γένει. Για να καταπολεμήσεις το πρόβλημα, πρέπει πρώτα να το ονομάσεις, τόνισε. Για τους μη γαλλομαθείς, το κείμενο της παραπάνω ομιλίας του Γάλλου Πρωθυπουργού παρατίθεται σε αγγλική μετάφραση στην ιστοσελίδα algemeiner.com.

manouel-bals-galliaManuel Valls intervient le 13 janvier 2015 devant l’Assemblée nationale pour rendre un hommage solennel aux victimes des attentats contre Charlie Hebdo, la policière de Montrouge et l’Hypercacher de Vincennes.

Il a fait part de sa colère et de son indignation contre la haine des Juifs :

– “Comment accepter qu’en France, terre d’émancipation des juifs, il y a deux siècles, mais qui fut aussi, il y a 70 ans, l’une des terres de son martyre, comment peut-on accepter que l’on puisse entendre dans nos rues crier ‘mort aux Juifs’ ?”

– “Nous devons là aussi nous rebeller, et en posant le vrai diagnostic. Il y a un antisémitisme que l’on dit historique remontant du fond des siècles mais il y a surtout ce nouvel antisémitisme qui est né dans nos quartiers sur fond d’internet, de paraboles, de misère, sur fond de détestation de l’État d’Israël, et qui prône la haine du juif, et de tous les juifs. Il faut le dire. Il faut poser les mots pour combattre cet antisémitisme inacceptable”.

– “Oui, disons-le à la face du monde, sans les Juifs de France, la France ne serait plus la France”.

Texte via CRIF

La peur devant les « frottements intercommunautaires »

Daniel Sibony[…] Toujours, on retrouve chez les responsables de la loi  la peur pure et simple, la peur  de l’islam; autrement dit, l’islamophobie. C’est  un paradoxe typique : l’establishment français ne cesse de dénoncer l’islamophobie, et ses membres sont les premiers à la ressentir. Ils la dénoncent chez les autres pour leur faire la morale, mais eux-mêmes ont cette peur étrange,  la peur qu’a l’homme policé, refoulé, et plutôt lâche, face à l’être pulsionnel ; la peur qui fait qu’un surveillant ou un proviseur va se cacher dans son bureau pendant ces petits « frottements intercommunautaires », c’est-à-dire pendant l’agression contre une juive, et qu’il ressort quand c’est fini, donnant ainsi un bel exemple de dignité. La peur qui fait qu’on ne sanctionne pas les agresseurs, qu’on demande aux Juifs d’être compréhensifs. On n’arrête pas les auteurs d’actes antisémites, non par antisémitisme officiel (là-dessus les discours sont d’une grande… dignité) mais par peur, pure et simple, d’aller les chercher et de risquer des ameutements.
Par leur lâcheté, c’est-à-dire par leur islamophobie, les responsables de la loi ou du règlement trahissent leurs engagements de lutter contre l’antisémitisme, engagements ressassés qui, en restant lettre morte, non seulement encouragent les agressions antijuives venant de musulmans, mais trahissent l’espoir que des musulmans éclairés ont mis dans la loi républicaine, l’espoir qu’elle mette un coup d’arrêt à des traditions séculaires, concernant aussi les femmes, et qu’elle les aide à se dégager d’un carcan médiéval qui s’est transmis à l’identique. […]

  • Lire l’integralité du billet de Daniel Sibony ici. Daniel Sibony est un philosophe, écrivain et psychanalyste français.

Ο αντισημιτισμός έχει βαθιές ρίζες στο κόμμα της Λεπέν / L’antisémitisme reste fort au sein de l’électorat Front national

EurActiv.gr  

Η Μαρίν Λεπέν μιλά σε συγκέντρωση του Εθνικού Μετώπου το 2012 / Marine Le Pen en meeting, en 2012 (source: euractiv.fr)

Η Μαρίν Λεπέν μιλά σε συγκέντρωση του Εθνικού Μετώπου το 2012 / Marine Le Pen en meeting, en 2012
(source: euractiv.fr)

Ισχυρούς δεσμούς μεταξύ του Εθνικού Μετώπου της Μαρίν Λεπέν και του αντισημιτισμού στην Γαλλία, διαπιστώνει νέα έκθεση του Ιδρύματος Πολιτικής Καινοτομίας.

Η έρευνα για τον αντισημιτισμό στη γαλλική κοινή γνώμη απειλεί να υπονομεύσει τις προσπάθειες του εθνικιστικού Εθνικού Μετώπου να μπει στο πολιτικό κατεστημένο της Γαλλίας. Ο αντισημιτισμός έχει μικρή θέση στο σύνολο της γαλλικής κοινωνίας αλλά η μελέτη βρήκε έναν ισχυρό υπόγειο ρεύμα αντισημιτισμού μεταξύ των ψηφοφόρων του Εθνικού Μετώπου.

«Μπορούμε να πούμε ότι η γαλλική κοινωνία στο σύνολό της είναι σχετικά ανεπηρέαστη από αντισημιτικές προκαταλήψεις, με τέσσερις κύριους τομείς εξαίρεσης: το εκλογικό σώμα του Εθνικού Μετώπου, οι Γάλλοι Μουσουλμάνοι, οι υποστηρικτές του Αριστερού Μετώπου και βίντεο σε YouTube και το Dailymotion, όπου ο αντισημιτισμός έχει τη μεγαλύτερη προβολή από ότι στα άλλα μέσα μαζικής ενημέρωσης», τόνισε ο διευθυντής του Ιδρύματος, Ντομινίκ Ρεΐνιέ.

Η Λεπέν δεν μπορεί να κινηθεί στο «κέντρο»

1005 Γάλλοι πολίτες άνω των 16 ετών και 575 άτομα που γεννήθηκαν σε μουσουλμανικές οικογένειες πήραν μέρος στην έρευνα.

Η μελέτη βασίστηκε στην παρατήρηση ότι ο αντισημιτισμός ευθύνεται για πάνω από το ήμισυ των πράξεων βίας με ρατσιστικά κίνητρα στη Γαλλία, ενώ τα άτομα εβραϊκής καταγωγής αποτελούν μόνο το 1% του γαλλικού πληθυσμού.

Το 84% των ερωτηθέντων πιστεύουν ότι ένας Γάλλος εβραϊκής καταγωγής θεωρείται κανονικός Γάλλος πολίτης. Το 61% των ψηφοφόρων του Εθνικού Μετώπου έχει την ίδια άποψη όπως και το 91% των μουσουλμάνων. 53% των ψηφοφόρων του Εθνικού Μετώπου δεν θα ήταν χαρούμενοι να ψηφίσουν υπέρ ενός Εβραίου Προέδρου, συγκριτικά με το 21% του συνολικού πληθυσμού, και 22% θα προσπαθούσαν ενεργά να αποφύγουν να έχουν Εβραίους γείτονες, συγκριτικά με το 6% όλων των Γάλλων πολιτών.

Απόρριψη των ευρωπαϊκών θεσμών                                                       

Ο Ντομινίκ Ρεΐνιέ είπε ότι «το Εθνικό Μέτωπο είναι το μόνο τμήμα της ελληνικής κοινωνίας που απορρίπτει όλες τις μορφές ετερότητας, όχι μόνο τους Εβραίους, σε τέτοιο βαθμό: ακόμη και οι Κορσικανοί δεν αποτελούν εξαίρεση». Πρόσθεσε ότι τα συμπεράσματα της έρευνας είναι σε πλήρη αντίθεση με αυτό που προσπαθεί να παρουσιάσει το Εθνικό Μέτωπο.

Διαπιστώνει επίσης και σχέση μεταξύ του αντισημιτισμού και των αντιευρωπαϊκών πολιτικών του Εθνικού Μετώπου. Ενώ το 32% των ερωτηθέντων είπαν ότι εμπιστεύονται τα ευρωπαϊκά θεσμικά όργανα, το ποσοστό εκείνων που πιστεύουν ότι υπάρχει μια παγκόσμια Σιωνιστική συνωμοσία ήταν μόνο 20%.

Πηγή: EurActiv Γαλλίας

External links: 

Profanation du Mémorial de l’Holocauste à Athènes

Le gouvernement grec a « fermement » condamné les actes de vandalisme de la nuit dernière

L'organisation d'extrême droite « Méandres des Nationalistes » a laissé ses symboles sur le monument. Via athjcom.gr

L’organisation d’extrême droite « Méandres des Nationalistes » a laissé ses symboles sur le monument. Via athjcom.gr

AFP / 31 octobre 2014

Le Mémorial de l’Holocause d’Athènes a été vandalisé dans la nuit de jeudi à vendredi, a-t-on appris au bureau central de la communauté juive en Grèce, apparemment par une organisation antisémite, « Méandres des Nationalistes », qui a laissé ses symboles sur le monument.

Le monument situé dans le centre d’Athènes a été recouvert de graffitis bleus sur lesquels on peut lire le nom de l’organisation et d’un méandre, symbole nationaliste issu de la Grèce antique.

Le ministère des Affaires étrangères a « fermement » condamné la profanation du Mémorial.

« Ceci est un acte barbare qui touche l’histoire, non seulement de la communauté juive, mais de toute la nation grecque qui respecte et honore la mémoire des dizaines de milliers de Juifs grecs tragiquement tués dans les camps de concentration », a déclaré dans le communiqué le ministre, Evangelos Venizelos.

[…]

Lire la suite sur fr.timesofisrael.com

NB: Il s’agit en effet de la deuxième profanation du Mémorial en 2014. La première est survenue en juin 2014.

Communiqué du SPCJ: “Antisémitisme en France” du 1er janvier au 31 juillet 2014 / Διπλασιασμός των κρουσμάτων αντισημιτισμού στη Γαλλία το 2014

[Σύμφωνα με στοιχεία της γαλλοεβραϊκής οργάνωσης SPCJ (Service de Protection de la Communauté Juive), κατά το πρώτο επτάμηνο του 2014 διπλασιάστηκαν σχεδόν στη Γαλλία τα κρούσματα αντισημιτισμού σε σχέση με την προηγούμενη χρονιά. Για μια πιο αναλυτική παρουσίαση στα αγγλικά, πατήστε εδώ. Διαβάστε, επίσης, το σχετικό δημοσίευμα της “Ναυτεμπορικής”: Διπλασιασμός των κρουσμάτων αντισημιτισμού στη Γαλλία το 2014.]

 

« Les actions violentes antisémites sont en très forte hausse en 2014 »

• Les actes antisémites ont augmenté de 91% de janvier à juillet 2014, comparativement à la même période en 2013 : 527 actes antisémites en 2014 contre 276 en 2013.

• Il faut noter tout particulièrement que la catégorie « actions violentes » constitue l’essentiel de cette forte hausse : + 126% comparativement à 2013 pour la même période.

• Les deux pics importants de cette période se sont déroulés, pour le premier au mois de janvier correspondant à l’ « affaire Dieudonné » et à la manifestation « Jour de Colère » ; pour le second au mois de juillet et correspondant aux manifestations anti-israéliennes violentes organisées en France. Un climat d’insécurité pour la Communauté juive s’est fortement installé suite aux nombreuses violences antisémites qui ont visé des individus, des synagogues et des écoles de la Communauté juive pendant cette période.

SPCJ-communiqué-2014

Source: https://www.facebook.com/spcjfr

Aube dorée. Le livre noir du parti nazi grec

Aux éditions Syllepse. Collection “Mauvais Temps”.

Parution: mai 2014

Auteur: Dimitris Psarras (journaliste et chercheur)

Traduit du grec et annoté par Panos Angelopoulos

Présentation de l’auteur

– Le drapeau nazi flottera-t-il à nouveau sur le Parthénon ?

 – Une « Phalange » transformée en parti politique

– Prolégomènes à un cauchemar

Dimitris_Psarras_aube_doreeViolences, persécutions raciales, assassinats, complicités policières et étatiques, «interventions» auprès des employeurs pour qu’ils licencient les travailleurs étrangers et embauchent des chômeurs grecs, banques alimentaires réservées aux «Grecs d’abord»…

La Grèce est devenue le premier pays d’Europe à accueillir dans son Parlement un parti ouvertement nazi ayant obtenu le score non négligeable de 7% des suffrages exprimés.

Le brouillard qui avait couvert le pays depuis l’éclatement de la crise économique et l’application d’une politique-antisociale inédite au nom du «Mémorandum», se combinait avec la nuée noire d’une organisation qui fait d’Adolf Hitler son idole et de la violence de rue sa méthode d’ascension.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment cette extrême droite grecque, décriée et marginale il y a quelques années encore, parvient-elle à présent à dicter l’agenda politique en imposant ses choix radicaux au système partisan ? Comment avons-nous pu oublier la dictature ? Comment est-il possible que des citoyens de villages martyrisés par la SS votent pour un parti nazi ? Comment est-il possible que nous tolérions la dérision de l’Holocauste dans un pays dont l’écrasante majorité des citoyens juifs a été exterminée dans les camps ?

Ce livre apporte une première analyse du phénomène Aube Dorée. Cette organisation a revêtu des formes multiples depuis sa première apparition publique. Pourtant, pendant trois décennies, son noyau dur est resté invariable. Nikolaos Michaloliakos, son chef,   avait 19 ans lorsqu’il a été accusé pour la première fois d’avoir commis un acte illégal. Au cours de ces années et malgré quelques modifications ou plutôt des travestissements organisationnels, l’orientation de l’organisation est restée inflexible et basée sur les mêmes principes idéologiques et politiques.

Cette orientation est facilement repérable dans les documents de l’organisation. Certains affirment qu’en dernière analyse, elle exprime d’une manière originale la réaction du peuple face aux mesures inhumaines imposées par le gouvernement et la Troïka. D’autres se déclarent stupéfaits des performances médiatiques de l’organisation quand, par exemple, elle organise des distributions des vivres ou des banques du sang «pour les Grecs d’abord».

Notre point de départ est tout à fait différent. Nous considérons que la transformation en parti politique bienséant d’un groupe nazi relève d’un grand scandale politique.

Si nous dressons ici un inventaire détaillé de l’idéologie, de l’histoire et de l’action de l’Aube Dorée, c’est pour décrypter ce qui se cache derrière les tee-shirts noirs et les gros bras des bataillons d’assaut de cette organisation.

 Dimitri Psarras
Source: syllepse.net
  • “A travers un important travail sur les textes fondateurs et les archives du journal de l’organisation néonazie, Dimitris Psarras décrypte en outre l’idéologie et le révisionnisme d’un mouvement qui, dans une tentative de normalisation, réfute aujourd’hui les discours qu’il tenait hier. Il analyse les liens de l’organisation avec certains prélats de l’église orthodoxe et démontre comment, « sous le vernis idéologique gréco-orthodoxe » l’on retrouve « le paganisme national-socialiste ». Tout est passé au crible : symboles, modus operanti, slogan, références à la Grèce antique, culture de la violence, discours… Jusqu’aux paroles des chansons du groupe « Pogrom » dont fait partie le député Artemis Mathaiopoulos, un summum d’antisémitisme et d’apologie du nazisme.” Amélie Poinssot : « Décrypter l’extrême droite néonazie grecque, avec Dimitris Psarras » (extrait), mediapart.fr, 11/06/2014
La couverture de l'édition grecque de l'étude de Dimitris Psarras.

La couverture de l’édition grecque de l’étude de Dimitris Psarras.

Η ανησυχία του Ρομπέρ Μπαντεντέρ / L’ inquiétude de Robert Badinter

Badinter_livreΤις αντισημιτικές κραυγές που ακούστηκαν κατά τη διάρκεια πρόσφατης διαδήλωσης ενάντια στην πολιτική του Φρανσουά Ολάντ σχολίασε ο Ρομπέρ Μπαντεντέρ, πρώην υπουργός Δικαιοσύνης και πρωτεργάτης της κατάργησης της θανατικής ποινής στη Γαλλία (1981), σε συνέντευξή του στην εφημερίδα Le Parisien. Ο γηραιός Σοσιαλιστής επισήμανε με ανησυχία ότι μετά το τέλος του Δευτέρου Παγκοσμίου Πολέμου συνθήματα του τύπου «Έξω οι Εβραίοι» δεν είχαν ξανακουστεί στους δρόμους των γαλλικών πόλεων. Απέναντι σε αυτό το πρωτοφανές κύμα μίσους, που αμφισβητεί ευθέως τον οικουμενικό χαρακτήρα της Γαλλικής Δημοκρατίας, ο Μπαντεντέρ διαπιστώνει με απογοήτευση ότι κόμματα και οργανώσεις πολιτών δεν έχουν αντιτάξει μέχρι στιγμής κάποια οργανωμένη αντίδραση.

Nous citons ci-dessous l’extrait de l’interview récente que Robert Badinter a accordée au Parisien (1/2/2014), dans lequel il exprime sa vive inquiétude face à la recrudescence de l’antisémitisme en France ainsi que sa déception quant au manque de mobilisation effective contre les groupes haineux qui défient la République.

[…]

Faites-vous un lien entre cette rumeur et la manifestation Jour de colère de dimanche dernier ?

Plusieurs courants se sont regroupés pour donner l’illusion du nombre, qui ont pour seul ciment la détestation de François Hollande et des réformes du gouvernement. Mais le plus saisissant, ce sont les cris antisémites poussés par certains manifestants. C’est la première fois depuis la fin de l’Occupation que l’on entend hurler dans les rues de Paris « dehors les Juifs ». Enfant, j’ai vu sur les murs des maisons écrit à la craie « mort à Blum, mort aux juifs ». Après la guerre, on n’osait plus tenir de tels propos. J’ai vécu adolescent la nuit de l’Occupation. Je sais ce que signifient la haine des juifs et le cri « dehors les juifs ». Ces slogans de dimanche sont mortifères et ils atteignent de plein fouet la République. Le peuple français est composé de tous les citoyens, sans aucune discrimination entre eux, quelles que soient leurs origines, leur religion. C’est cela la vision universaliste de l’être humain qui est au cœur même de la République française.

Les réactions politiques ont-elles été à la hauteur ?

J’ai le sentiment que tout le monde a été surpris. Mais face à une telle provocation fasciste, à ces cris infâmes, j’aurais souhaité des réactions plus vives, des appels d’associations de défense des droits de l’homme et des partis républicains pour organiser une grande manifestation de protestation. Il faut rappeler chaque fois que nécessaire que la République française ne peut pas tolérer ces cris, pas plus qu’elle ne saurait laisser passer des slogans « dehors les musulmans » ou « dehors les Arabes ».

[…]

Source: leparisien.fr

“Islamophobie” – La même rengaine

“[…] Le Clézio, par exemple, dit que “la figure actuelle de l’antisémitisme, c’est l’islamophobie”. Et qu’en est-il lorsque les auteurs actuels des actes antisémites sont islamiques? Sait-il, par exemple, que le slogan de la manif islamique sur les Champs-Elysées contre “le film”, c’était: “Egorge les Juifs”? Expression qui, dans le discours islamiste, n’est pas choquante, elle éclaire même peut-être, pourquoi le monde arabe est aujourd’hui pratiquement judenrein. Cet honorable écrivain devrait aller soutenir son point de vue devant près de la moitié d’enfants juifs de la région parisienne qui ne s’inscrivent pas à l’école publique par peur d’être attaqués par des élèves musulmans. A moins de les traiter d’islamophobes? C’est facile quand on ne court aucun risque. Et il aurait sur le dos les directeurs des écoles qui lui feraient cet aveu: ils ne peuvent pas assurer la sécurité de ces élèves, c’est pourquoi ils leur “déconseillent” de s’inscrire. Et plus tard, ils n’ont pas eu à le leur déconseiller, ils ont compris tout seuls. L’ironie du sort veut que cela se passe dans des écoles où l’on a apposé des plaques mentionnant le nom d’enfants juifs déportés. […]”

Extrait d’une note récente de Daniel Sibony, intitulée “Islamophobie” – La même rengaine. Les deux hyperliens ont été ajoutés par nous-même afin de faciliter la lecture.

  • Qui est Daniel Sibony? Pour lire sa biographie cliquez ici.