“Chryssi Avghi”: apologie de la violence et de l’antisémitisme nazi

Le parti “Chryssi Avghi” est qualifié de néonazi, le terme est il approprié?

– Le terme néonazi est souvent utilisé à des fins polémiques. Il a été galvaudé ces dernières années. Mais là, il s’impose. On trouve parmi les ouvrages de référence de ce parti “Mein Kampf” et de nombreux pamphlets antisémites. C’est un mouvement né au début des années 1980 qui, au début, a fait part d’une très grande radicalité. Et qui n’est pas totalement rangé. On a pu voir de nombreux débordements violents pendant cette campagne. Ils prônent, non pas une maîtrise des flux migratoires, mais un renvoi de tous les étrangers. Ils ont longtemps été membres du Front national européen dont la principale composante était le NPD Allemand (héritier du parti fasciste).

Jean-Yves Camus, spécialiste de l’extrême droite, répondant aux questions de Mathieu Molard

Afin d’appuyer les propos de Jean-Yves Camus, nous avons choisi de présenter quelques documents relatifs à l’idéologie de ce groupuscule néonazi que l’indifférence de l’Etat grec ainsi que la crise actuelle ont propulsé au devant de la scène. Tous les documents présentés ci-dessous -à l’exception de l’article de Ilias Kassidiaris sur Hitler- proviennent du blog jungle-report.blogspot.com, spécialisé dans la documentation de l’extrême droite grecque.

Commençons par le chef de l’ “Aube dorée”, Nikolaos Michaloliakos, qui déclarait en juin 2009, devant ses militants au centre d’Athènes, être fier que son parti n’accueille “aucun franc-maçon, aucun sioniste, aucun homosexuel et aucun juif” [2’34”]:

Christos Pappas compte parmi les membres les plus influents de “Chryssi Avghi”. Dans un article paru dans la revue d’extrême droite “Antepithessi” (“Contre-Attaque”), celui-là exprime son admiration pour l’antisémite notoire Julius Streicher (1885-1946):

L’article de Christos Pappas sur Julius Streicher paru en septembre-octobre 2002.

Ilias Kassidiaris est connu non seulement pour son penchant pour la violence physique mais aussi pour ses textes, littéraires ou de circonstance, dans lesquels il fait l’apologie de la torture et du meurtre de masse. Dans un article qu’il fait paraître en avril 2011, Ilias Kassidiaris regrette qu’ Hitler ait été vaincu; une victoire du IIIe Reich “aurait libéré les Grecs du joug sioniste”:

La diatribe pro-hitlérienne de Kassidiaris dans la revue “Chryssi Avghi” parue en avril 2011. Source: http://www.antinazi.gr/image/web/p6a.htm (Αρχείο Αντιναζιστικής Πρωτοβουλίας)

Nous terminons avec les activités de Stylianos Vlamakis. Lors d’un déplacement au camp de concentration de Dachau, ce membre de “Chryssi Avghi” n’hésite pas à exhiber sa haine des déportés et son admiration pour les fours crématoires. Il expose ses photos sur Facebook et collecte quelques “likes”:

La haine antisémite de Vlamakis montrée sur Internet.

Stylianos Vlamakis pose avec satisfaction devant un four crématoire de Dachau.

Advertisements

2 thoughts on ““Chryssi Avghi”: apologie de la violence et de l’antisémitisme nazi

Υποβολή σχολίου / Votre commentaire / Ihr Kommentar dazu / Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s